Harcèlement Travail-Solidarité 66

ANACT
Extrait du dossier www.anact.fr : suicide en relation avec le travail 

SUICIDES
En cas de drame, comment agir ?


La confiance a été perdue, la victime a retourné la violence contre elle-même. 

Cet acte majeur est choquant affectivement et 
socialement, d’une amplitude que l’on aurait tort de sous-estimer. 

Le bouleversement fera ressentir ses effets durant une longue période.

Les proches (collègues, équipiers, amis) doivent être accompagnés. Il faut proposer un espace pour la parole. 
Le rôle du Médecin du Travail est déterminant. C’est avec lui que cet espace doit se construire. 
Attention aux n° verts sans lendemain, le remède serait pire que le mal.

Quelles actions concrètes conduire ?

Neutraliser la zone du décès et faire appel immédiatement aux responsables locaux, personnels d’urgence, police, officier judiciaire…

  • Communiquer vers les collègues d’une façon transparente et honnête sur les circonstances de la mort sans nécessairement s’appesantir sur les détails
  • Rendre un hommage approprié au défunt
  • Donner une information détaillée à tous sur le suicide en général et ses différents facteurs de risques
  • Permettre aux collègues du défunt d’exprimer leur peine, leurs émotions (culpabilité, colère…)
  • Identifier et transmettre la liste des personnes considérées comme plus vulnérables et pouvant nécessiter un accompagnement professionnel à travers un programme d’aide adapté, pour limiter le risque de «contagion»
  • Analyser les facteurs organisationnels et managériaux qui ont pu contribuer à la survenue du drame, et proposer des mesures de changements dans ces domaines
  • Intégrer ces informations pour enrichir le programme de prévention des risques et de promotion de la santé