Harcèlement Travail-Solidarité 66

 

Vous devez vous dire, comme bien d’autres, qu’il n’y a pas de fumée sans feu […] dans le sens où la victime doit bien y être pour quelque chose! Or, sachez que dans le harcèlement moral la victime est victime parce qu’elle a été désignée par l’agresseur. « Elle est, en tant que victime, innocente du crime pour lequel elle va payer » affirme Dr Marie-France Hirigoyen(1), instigatrice de la doctrine.

Ariane Bilheran, docteur en psychologie clinique à l'université de Marseille, spécialiste du harcèlement moral, résume que le processus du harcèlement vise la destruction progressive d’un individu au moyen de pressions répétées destinées à obtenir de force quelque chose contre son gré et, ce faisant, à susciter et entretenir un état de terreur chez l’individu.

C’est par la fréquence et la répétition sans cesse d’agissements qui visent à détruire la cible « à petits feux », souvent sur de nombreuses années, que ce processus devient dévastateur. Le dossier qui porte atteinte à la victime est monté de toute pièce dans le but bien précis d'inciter les autres à l'attaquer. Le commérage et la calomnie représentant les armes essentielles des pervers contre leurs cibles.

Ecrit par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sources :

1 HIRIGOYEN Marie-France - Le harcèlement moral Paris, Pocket, 1998. p. 165.

2 BILHERAN Ariane - Le harcèlement moral Paris, Armand Colin, 2006. p. 18.

3 BILHERAN Ariane - Le harcèlement moral Paris, Armand Colin, 2006. p. 121.